Nancy, Ville-Neuve

  et Charles III créa la Ville-Neuve

Pour répondre au développement démesuré des faubourgs de la ville médiévale, Le duc Charles III décide en 1590 d'ouvrir les remparts coté sud, pour un projet d'agrandissement majeur de Nancy. La réalisation de cette Ville-Neuve, aux rues obéissant à un tracé orthogonal, typique de la Renaissance et répondant aux nouvelles exigences de sécurité et de salubrité, confiée à plusieurs ingénieurs italiens, dont le napolitain Jean-Baptiste Stabili, prendra 30 ans.

 

La cité quadruple en superficie et devient un modèle dans l’Europe de l’époque. Dès l’origine, elle constitue un centre commerçant très actif autour de la place de l’hôtel de ville (à l'emplacement de l'actuel marché central).

Ainsi, contrairement à beaucoup de villes françaises, Nancy ne s'est pas développée circulairement autour d'un hyper-centre. Mais c'est à partir de sa ville médiévale (la Ville-Vieille), qu'est venue grandir  une nouvelle agglomération (la Ville-Neuve).

Ces deux parties de Nancy, longtemps séparées par une vaste esplanade, fonctionnèrent avec une certaine autonomie, jusqu'au règne du duc Stanislas Leczinski.

En créant l'ensemble architectural composé de la place Stanislas, de la place d'Alliance et de la place de la Carrière, Stanislas réussit alors à réunifier les deux "villes" de Nancy (la Ville Lumière).

Charles III de Lorraine

Il n’est pas le plus connu des ducs de Lorraine, mais son œuvre d’urbaniste à Nancy est considérable.

 

Charles III, (Nancy, 18 février 1543 - Nancy, 14 mai 1608), en quarante-neuf années de règne, de 1559 à 1608, fit de Nancy une ville moderne aux heures fastueuses de la Renaissance.

duc_charles_III.jpg

L'urbanisme sera fidèle à l'esprit humaniste de la Renaissance avec de larges axes perpendiculaires :

- deux axes majeurs Nord-Sud / Est-Ouest ouvriront sur trois portes extérieures et une porte intérieure de communication avec la ville médiévale,
- une vaste place au centre de la ville permettra l'édification d'un vaste hôtel de ville,
- une vaste esplanade entre les villes est réservée aux mouvements militaires, tandis qu'un emplacement vers l'Est permettra d'accueillir l'église primatiale, titre obtenu dès 1602, mais qui ne sera édifiée qu'un siècle plus tard et deviendra cathédrale de Nancy au XVIIIe siècle.


Le faubourg "Saint-Dizier", au Nord de la ville, sera rasé. Les habitants seront reloger dans la ville neuve sur une rue qui gardera son nom . De ce faubourg, il ne restera que les auberges, c'est-à-dire "trois maisons", nom que prendra ce faubourg lors de sa réédification au XVIIIe siècle.

 

# balade en Ville-Neuve

rubrique en cours de préparation