Ville-Neuve

 et Charles III créa la Ville-Neuve

Pour répondre au développement démesuré des faubourgs de la ville médiévale, Le duc Charles III décide en 1590 d'ouvrir les remparts coté sud, pour un projet d'agrandissement majeur de Nancy. La réalisation de cette Ville-Neuve, aux rues obéissant à un tracé orthogonal, typique de la Renaissance et répondant aux nouvelles exigences de sécurité et de salubrité, confiée à plusieurs ingénieurs italiens, dont le napolitain Jean-Baptiste Stabiliprendra 30 ans.

 

La cité quadruple en superficie et devient un modèle dans l’Europe de l’époque. Dès l’origine, elle constitue un centre commerçant très actif autour de la place de l’hôtel de ville (à l'emplacement de l'actuel marché central).

Ainsi, contrairement à beaucoup de villes françaises, Nancy ne s'est pas développée circulairement autour d'un hyper-centre. Mais c'est à partir de sa ville médiévale (la Ville-Vieille), qu'est venue grandir  une nouvelle agglomération (la Ville-Neuve).

Ces deux parties de Nancy, longtemps séparées par une vaste esplanade, fonctionnèrent avec une certaine autonomie, jusqu'au règne du duc Stanislas Leczinski.

En créant l'ensemble architectural composé de la place Stanislas, de la place d'Alliance et de la place de la Carrière, Stanislas réussit alors à réunifier les deux "villes" de Nancy (la Ville Lumière).

Charles III de Lorraine

Charles III, (Nancy, 18 février 1543 - Nancy, 14 mai 1608), en quarante-neuf années de règne, de 1559 à 1608, fut un acteur politique important. Malgré les cinq années de guerres de religions, le règne de Charles III fut une époque de prospérité et d'essor. IL fit de Nancy une ville moderne aux heures fastueuses de la Renaissance. Son œuvre d’urbaniste à Nancy est considérable.

duc_charles_III.jpg
 

L'urbanisme sera fidèle à l'esprit humaniste de la Renaissance avec de larges axes perpendiculaires :

- deux axes majeurs Nord-Sud / Est-Ouest ouvriront sur trois portes extérieures et une porte intérieure de communication avec la ville médiévale,
- une vaste place au centre de la ville permettra l'édification d'un vaste hôtel de ville,
- une vaste esplanade entre les villes est réservée aux mouvements militaires, tandis qu'un emplacement vers l'Est permettra d'accueillir l'église primatiale, titre obtenu dès 1602, mais qui ne sera édifiée qu'un siècle plus tard et deviendra cathédrale de Nancy au XVIIIe siècle.

Il reste peu de témoins de l'époque Charles III, hormis dans le quartier de la primatiale et quelques immeubles et Hôtels particuliers dans d'autres rues.

 

L'évolution urbanistique, les courants artistiques (Art nouveau, Art déco et contemporains) ont profondément modifié le patrimoine architectural de la Ville-neuve

 

 le Quartier   de   la   Primatiale

Nancy, quartier de la Primatiale

plan du quartier

Nancy, quartier de la Primatiale

parvis de la Cathédrale au XIXème siècle

Nancy, quartier de la Primatiale

rue Mably n°9 : Hôtel du Grand Doyen de la Primatiale, 1619

Nancy, quartier de la Primatiale

rue Mably n°9 : Hôtel du Grand Doyen de la Primatiale, buste du duc Henri II

Nancy, quartier de la Primatiale

rue Mably n°9 : Hôtel du Grand Doyen de la Primatiale, cour intérieure

Nancy, quartier de la Primatiale

rue Mably n°9 : Hôtel du Grand Doyen de la Primatiale, coté jardin

Nancy, quartier de la Primatiale

rue Mably n°9 : Hôtel du Grand Doyen de la Primatiale, escalier à double volée

Nancy, quartier de la Primatiale

Hôtel du Grand Doyen de la Primatiale,1619 - coté jardin

Nancy, quartier de la Primatiale

rue Mably n°7, devenu la Maison d'Hôte de Myon

Nancy, quartier de la Primatiale

rue Mably n°1, Hôtel du Grand Chantre

Nancy, quartier de la Primatiale

rue Mably n°1, Hôtel du Grand Chantre, fronton à deux lions

Nancy, quartier de la Primatiale

rue des Chanoines n°1

Nancy, quartier de la Primatiale

rue des Chanoines n°3

Nancy, quartier de la Primatiale

rue des Chanoines n°3, façade arrière

Nancy, quartier de la Primatiale

rue des Chanoines n°5

Nancy, quartier de la Primatiale

rue des Chanoines n°7

Nancy, quartier de la Primatiale

rue Montesquieu n°8

Nancy, quartier de la Primatiale

rue Montesquieu n°11

Nancy, quartier de la Primatiale

rue du Manège n°12, maison habitée par Charles De Foucauld aôut 1871 octobre 1876

Nancy, quartier de la Primatiale

rue du Manège n°12, maison habitée par Charles De Foucauld aôut 1871 octobre 1876

Nancy, quartier de la Primatiale

rue du Manège n°12, maison habitée par Charles De Foucauld aôut 1871 octobre 1876

Nancy, quartier de la Primatiale

intersection rues Mably et Tiercelins, église Sainte-Elisabeth

La création du diocèse de Nancy fut le résultat d'un long processus étroitement lié à l'histoire du duché de Lorraine, de ses relations avec les Trois Evêchés de Toul, Metz et Verdun, ainsi que ses puissants voisins, la France et l'Empire.

 

A la création de la Ville-Neuve, le duc Charles III ambitionnait la création d'un  évêché lorrain dont le siège serait à Nancy. Sa demande exprimée en 1597, bien accueillie par le pape fut refusée par le roi Henry IV. En compensation, le duc obtint la création d'un chapitre primatial à Nancy, distinction purement honorifique.

Il fallut un siècle et demi pour construite la Primatiale, qui devint enfin Cathédrale après la mort de Stanislas, et donc du rattachement du duché à la France le 19 novembre 1777.

L'église primatiale abritait une quarantaine de personnes (dignitaires, chanoines, vicaires et personnel), entraînant la formation du nouveau quartier de la Primatiale, constitué des maisons canoniales.

 deux Axes :   rues    St- Dizier   et  St- Jean   

 
Nancy, axes St-Dizier, St-Jean

rue St-Dizier, vue depuis le haut de la porte St-Nicolas

Nancy, axes St-Dizier, St-Jean

rue St-Dizier n°163b

Nancy, axes St-Dizier, St-Jean

rue St-Dizier n°163, le Noviciat des Jésuites

Nancy, axes St-Dizier, St-Jean

rue St-Dizier n°127

Nancy, axes St-Dizier, St-Jean

rue St-Dizier n°112, porte de l'immeuble donnant rue du four

Nancy, axes St-Dizier, St-Jean

rue du Four, porte de l'immeuble du 112 rue Saint-Dizier

Nancy, axes St-Dizier, St-Jean

rue St-Dizier n°48, façade de la maison de Hanus, avec le buste de Léopold Ier

Nancy, axes St-Dizier, St-Jean

rue St-Dizier n°44, anciennement maison Aimé

Nancy, axes St-Dizier, St-Jean

rue St-Dizier n°41, le Grand Café

Nancy, axes St-Dizier, St-Jean

rue St-Dizier n°35, pharmacie de Point central, style Art déco

Nancy, axes St-Dizier, St-Jean

rue St-Dizier n°17, ancien vestige de l'Hôtel de Mahuet

Nancy, axes St-Dizier, St-Jean

rue St-Dizier n°22, maison de Clodion

Nancy, axes St-Dizier, St-Jean

rue St-Dizier n°24, devanture et verrières de Jacques Grüber

Nancy, axes St-Dizier, St-Jean

rue St-Dizier n°26

Nancy, axes St-Dizier, St-Jean

rue St-Jean n°58 , banque Renaudt, aujourd'hui banque BNP

Nancy, axes St-Dizier, St-Jean

rue St-Jean n°58 , banque Renaudt, aujourd'hui banque BNP

Nancy, axes St-Dizier, St-Jean

rue Bénit n°2, ancienne graineterie 1901 Art nouveau (commanditaire Jules Génin)

Nancy, axes St-Dizier, St-Jean

rue St-Georges n°7B, banque LCL et sa verrière de 25m

Nancy, axes St-Dizier, St-Jean

Nancy, axes St-Dizier, St-Jean

L'urbanisme sera fidèle à l'esprit humaniste de la Renaissance avec de larges axes perpendiculaires et deux axes majeurs :

- Nord-Sud, la rue St-Dizier, délimitée par son accès extérieur (porte St-Nicolas), et une porte intérieure de communication avec la ville médiévale.

- Est-Ouest, la rue St-Jean, délimitée par ses accès ouest (porte St-Jean) et Est (porte St-Georges).

Hormis les deux portes St-Nicolas et St-Georges, et quelques façades historiques, il reste peu de vestiges de l'époque de Charles III. Les patrimoine immobilier de ces deux axes majeurs de Nancy, a profondément évolué à travers les époques qui suivirent (Renaissance, Art nouveau, Art déco, ...).

rue St-Dizier

tient son nom du village de Saint-Dizier, bâti sur l'emplacement de l'actuel faubourg des Trois-Maison, détruit lors de la construction de la Ville-Neuve. La plupart de ses habitants ont été relogés dans cette rue.

 

rue St-Jean

tire son nom du ruisseau Saint-Jean qui suivait son cours et formait l'étang Saint-Jean. A partir du Point Central, elle a été rebaptisée rue St-Georges en 1814.

 Quartier   St- Nicolas   

 
Nancy, quartier Saint-Nicolas

rue St-Nicolas n°9, l'un des intérieurs du XVIIème siècle les mieux conservés de Nancy

Nancy, quartier Saint-Nicolas

rue St-Nicolas n°27

Nancy, quartier Saint-Nicolas

rue St-Nicolas n°30

Nancy, quartier Saint-Nicolas

rue St-Nicolas n°32

Nancy, quartier Saint-Nicolas

rue St-Nicolas n°67, anciens bains douches municipaux

Nancy, quartier Saint-Nicolas

rue des Sœurs Macarons n°1

Nancy, quartier Saint-Nicolas

rue des Sœurs Macarons n°7

Nancy, quartier Saint-Nicolas

rue des Sœurs Macarons n°7

Nancy, quartier Saint-Nicolas

rue des Sœurs Macarons n°10, immeuble où se réfugièrent les sœurs macarons

Nancy, quartier Saint-Nicolas

rue des Sœurs Macarons n°11

Nancy, quartier Saint-Nicolas

rue des Sœurs Macarons n°48

rue Saint-Nicolas

C'est la seule rue conservée de l'ancien faubourg Saint-Nicolas, situé extra-muros, avant la construction de la ville-neuve de Nancy avec son plan en damier. C'est donc la seule rue sinueuse qui respectait pas l'orthogonalité des voies de la Ville-Neuve

Elle tient son nom de Saint Nicolas, saint patron des Lorrains, et le fait qu'elle menait à la ville de Saint-Nicolas-de-Port, lieu de pèlerinage avec sa Basilique dédiée à Saint-Nicolas. Initialement, partant partant de l'esplanade occupée aujourd'hui par la place Stanislas,  elle comprenait le tracé des rues de Dominicains et du Pont-Mouja.

rue des sœurs Macarons 

Cette partie de la rue de la Hache a été rebaptisée rue des Sœurs Macarons en hommage aux deux religieuses ayant habité au numéro 10 vers 1800, et qui sont à l'origine de la légende des Sœurs Macarons.

rue Lacordaire

Elle tient son nom d'Henri Lacordaire (1802-1861), prédicateur dominicain français du XIXe siècle. Au n°4 se trouvele couvent des Dominicains fondé en 1843.