nancy-focus, News

la   Graineterie Génin-Louis

Nancy, graineterie Génin-Louis

façade angle rue St Jean, rue Bénit

Nancy, graineterie Génin-Louis

l'oriel de la graineterie

Nancy, graineterie Génin-Louis
Nancy, graineterie Génin-Louis
Nancy, graineterie Génin-Louis

fleurs et des capsules de pavots en fer forgé, à la base de l'oriel

Nancy, graineterie Génin-Louis

fleurs et des capsules de pavots en fer forgé, à la base de l'oriel

Nancy, graineterie Génin-Louis

fleurs et des capsules de pavots en fer forgé, à la base de l'oriel

Nancy, graineterie Génin-Louis

fleurs et des capsules de pavots en fer forgé, à la base de l'oriel

Nancy, graineterie Génin-Louis

fleurs et des capsules de pavots en fer forgé, à la base de l'oriel

Nancy, graineterie Génin-Louis
Nancy, graineterie Génin-Louis
Nancy, graineterie Génin-Louis
Nancy, graineterie Génin-Louis
Nancy, graineterie Génin-Louis
Nancy, graineterie Génin-Louis
Nancy, graineterie Génin-Louis
Nancy, graineterie Génin-Louis
Nancy, graineterie Génin-Louis
Nancy, graineterie Génin-Louis
Nancy, graineterie Génin-Louis
Nancy, graineterie Génin-Louis
Nancy, graineterie Génin-Louis
google-maps-1797882_960_720 (1).png
info_2.png

Construit en 1900 par l’ingénieur Henri Gutton et son neveu architecte, Henry Gutton pour pour Jules Genin et Camille Louis son épouse, marchands de grains, cet édifice est le seul immeuble du mouvement Art nouveau à Nancy présentant une structure métallique apparente. L'entreprise de construction métallique de l'ingénieur Frédéric Schertzer réalise le gros-oeuvre avec l'aide de l'entreprise Fould Dupont de Pompey qui fournit la structure métallique en acier riveté.


Son ossature en acier riveté est entièrement vitrée sur les deux premiers niveaux réservés au magasin. Aux étages supérieurs, les murs sont remplis de briques creuses dont la faible épaisseur permettait de gagner en espace intérieur mais rendait les lieux impossibles à chauffer.

L’oriel et la frise en terre cuite font référence à l’époque médiévale. L’important décor végétal de pavot (fleurs et capsules) et de glycine, représenté par les vitraux de Jacques Gruber est d’inspiration naturaliste. Par ailleurs, la céramique est exécutée par Alexandre Bigot.

 

La façade de ce bâtiment est encore équipée des grilles en fer forgé qui étaient descendues chaque soir pour protéger la vitrine.