Nancy, il était une fois ...

Il etait

une fois

lesœurs

macarons

Histoire, ou légende des sœurs à l'origine de la création de cette célèbre pâtisserie, spécialité gastronomique de Nancy.

Nancy, les sœurs macarons

immeuble, 10 rue des Sœurs Macarons, du début XVIIIème siècle

Nancy, les sœurs macarons

La fabrique initiale des macarons, aujourd'hui au 10 rue des Sœurs Macarons

Nancy, les sœurs macarons

immeuble, 10 rue des Sœurs Macarons, portail

Nancy, les sœurs macarons

immeuble, 10 rue des Sœurs Macarons, cour intérieure

Nancy, les sœurs macarons

La fabrique initiale des macarons, au 10 rue de la Hache, devenue rue des Sœurs Macarons

Nancy, les sœurs macarons

Fours et cheminées des Sœurs Macarons, du XVIIIème et XIXème siècles, inscrits au titre des monuments historiques depuis 1987.

Nancy, les sœurs macarons

Fours et cheminées des Sœurs Macarons, du XVIIIème et XIXème siècles, inscrits au titre des monuments historiques depuis 1987.

Nancy, les sœurs macarons

Fours et cheminées des Sœurs Macarons, du XVIIIème et XIXème siècles, inscrits au titre des monuments historiques depuis 1987.

Nancy, les sœurs macarons

immeuble, 10 rue des sœurs macarons, vitrail représentant une Sœur, signé Gournon

Nancy, les sœurs macarons

acte de naissance de Sœur Marie Morlot

Nancy, les sœurs macarons

acte de décès de Sœur Marie Morlot

Nancy, les sœurs macarons

marque déposée des Sœurs Macarons

Nancy, les sœurs macarons

acte de naissance de Marguerite Galliot

Nancy, les sœurs macarons

acte de décès de Marguerite Galliot

En 1952, la ville de Nancy a honoré les Sœurs Macarons en donnant leur nom à la partie de la rue de la Hache où prit naissance la fabrication du Véritable Macaron de Nancy. Depuis cette date, le Macaron des Sœurs est entré dans le patrimoine gastronomique Lorrain.

Quand Catherine de Vaudémont, fille du Duc de Charles III, fonda au cœur de Nancy le monastère des Dames du Saint-Sacrement, la stricte règle y interdisait la consommation de viande comme aliment. Aussi, les Sœurs confectionnèrent-elles une grande variété de pâtisseries dont le fameux Macaron ...

Lors du décret de suppression des congrégations religieuses (5 Avril 1792), les
Sœurs Suzanne et Marie-Élisabeth trouvèrent refuge chez le Docteur Gormand, médecin de la communauté, au n°10 de la rue de la Hache, rebaptisée aujourd'hui rue des Sœurs Macarons. Afin de subvenir à leurs besoins, elles reprirent la fabrication des macarons et les commercialisèrent. Elles devinrent rapidement très connues et on les surnomma "Les Sœurs Macarons".

 

Au décès de Sœur Suzanne, Elizabeth appelle en renfort sa nièce (et son conjoint). Les époux Muller vont ainsi reprendre le flambeau de la fabrication de macarons.

 

De 1935 à 1991, trois familles vont se succéder et se partager le secret de fabrication. Parmi eux, on retrouve la famille Moinel qui produisait 400 douzaines de macarons par jour, soit 120000 par an !

 

En 1991, la famille Génot reprend avec succès le commerce de macaron pour produire aujourd'hui jusqu'à 1500 douzaines par jour de ce macaron à l'ancienne qui sera devenu au fil des ans, le véritable emblème de la ville de Nancy.

Elisabeth Morlot (sœur Marie-Elisabeth)

est née le 13 mai 1750 à Ménil-en-Xaintois, dans les Vosges, elle décéda le 29 mai 1826 à Nancy.

Marguerite-Suzanne Gaillot (sœur Suzanne)

est née le 9 avril 1744 à Villers-lès-Nancy, elle décéda le 5 juin 1815 à Nancy.

Toutes deux, sœurs converses de la Communauté Bénédictine des Dames du Saint-Sacrement de Nancy.

Cependant, les historiens du service régional de l'inventaire mentionnent depuis 2018 que la légende des Sœurs Macarons n'est pas avérée !!