visites virtuelles

Les trésors du patrimoine nancéien révèlent leurs plus beaux atours en mode virtuel, grâce à des visites connectées. Google Street View vous introduit à l'intérieur de ces bâtiments historiques de la ville, vous donnant même accès à des espaces habituellement non ouverts au public.

choisissez, cliquez sur les vignettes    ... et bonne visite !!

  Sites    Historiques

 
 

Hôtel de Ville de Nancy

C'est le plus grand des bâtiments de la place Stanislas. D'une longueur de 98 mètres, il en occupe tout le côté sud. Également nommé Palais de Stanislas, il sert de mairie depuis sa construction.

L'Hôtel de Ville de la place Stanislas vous ouvre ses portes, entrez dans le grand hall, gravissez l'escalier d'honneur et visitez ses différents salons.

 

Palais du Gouvernement

Construit à l'emplacement du "Nouveau Louvre", (palais inachevé du duc Léoplod 1er), ce palais initialement appelé "Palais de L'intendance", faisait partie du projet d'harmonisation de la place de la Carrière décidé par Stanislas. En 1751, Emmanuel Héré en fut chargé de la réalisation.

 

Découvrez ce palais qui fut occupé lors du rattachement de la Lorraine au royaume de France, par le nouveau gouverneur.

 
bibliotheque_a.JPG.jpg

Bibliothèque Stanislas

Stanislas Leszczynski est à l'origine de la fondation de la bibliothèque royale par l'édit du 28 décembre 1750. C'est une bibliothèque publique, une des rares à avoir été créée à cette époque, et le siège de l'Académie de Stanislas.

 

Entrez dans la cour de la bibliothèque, puis poursuivez votre visite en pénétrant dans l'aile gauche, escaladez l'escalier, et visitez les différentes salles de lecture.

 
2016-mediatheque-manu-vue-ext.jpg

Médiathèque - Manufacture des tabacs

Les bâtiments de la manufacture des tabacs furent construits sous le Second Empire. La manufacture fonctionna jusqu’en 1982.

Ses 25 000 m², hérités par la ville ont été entièrement repensés pour créer un pôle culturel avec la Médiathèque, le Conservatoire Régional, le Théâtre de la Manufacture, le Pôle Image, l’Institut Commercial de Nancy (ICN), et l’Institut Européen de Cinéma et d’Audiovisuel (IECA).

 

Porte de la Craffe

Unique vestige des fortifications médiévales, la porte de la Craffe fut érigée dès la seconde moitié du XIVe siècle, sous le règne du duc Jean 1er de Lorraine (1346-1390). Elle complétait le système défensif de la petite cité nancéienne et était l'unique entrée située au Nord de la ville-vieille de Nancy.

 

Opéra National de Lorraine

L’Opéra, autrefois situé à l’emplacement du Musée des Beaux-Arts, place Stanislas, fut construit sous le règne de Stanislas Leszczynski en 1758.

 

Ce bâtiment, appelé Théâtre de la Comédie, fut totalement détruit par un incendie survenu le 4 octobre 1906, puis immédiatement reconstruit par l'architecte Joseph Hornecker.

 

Chambre du Commerce et d'Industrie

Le siège de la Chambre de Commerce et d'Industrie de Meurthe-et-Moselle a été inauguré en juin 1909. Sa construction entre 1906 et 1908 fut confiée aux architectes Louis Marchal et Émile Toussaint.

 

Les vitraux au rez-de-chaussée, représentant des paysages lorrains, ont été conçus par Antonin Daum et Jacques Grüber. Enfin, les ferronneries ont été confiées à Louis Majorelle.

 

Salle Poirel

Construit en 1888-1889, grâce à un legs de Victor et Lisinska Poirel, amateurs d'art cultivés, destiné à l’édification d’une salle de spectacle pouvant accueillir aussi bien des concerts que des expositions dans le quartier de la gare, l'ensemble Poirel est l'œuvre de l'architecte municipal Albert Jasson. Il constitue un programme d'avant-garde : un centre de « création contemporaine » en plein centre-ville, comportant une salle de concert, une galerie d'exposition et un conservatoire de musique.

 

Maison Jean Prouvé

La maison de Jean Prouvé est une icône du XXe siècle pour les amateurs d’architecture et de design. Construite en 1954, cette œuvre emblématique se trouve sur les hauteurs de la ville. Installée sur un terrain en pente jugé inaccessible, elle illustre l'ingéniosité des principes constructifs de Jean Prouvé : simplicité de la conception, légèreté des matériaux, rapidité de l'assemblage. Elle est d'ailleurs montée en l'espace d'un été par la famille, aidée de quelques amis, à partir d'éléments préfabriqués. Son plan intérieur, simple et fonctionnel et la sobriété de ses agencements sont d'une impressionnante modernité.

  Parcs et     Jardins

 
 

jardin du musée de l'Ecole de Nancy

Construit en 1888-1889, grâce à un legs de Victor et Lisinska Poirel, amateurs d'art cultivés, destiné à l’édification d’une salle de spectacle pouvant accueillir aussi bien des concerts que des expositions dans le quartier de la gare, l'ensemble Poirel est l'œuvre de l'architecte municipal Albert Jasson. Il constitue un programme d'avant-garde : un centre de « création contemporaine » en plein centre-ville, comportant une salle de concert, une galerie d'exposition et un conservatoire de musique.

 

parc Sainte-Marie

Le parc Sainte Marie est le second parc de la ville en superficie. Ce jardin vaut que l'on s'aventure dans ses allées conviviales et charmeuses, et sur ses pelouses dont l'accès est autorisé au public. Une aire de jeux avec paniers de basket ainsi que des terrains de pétanque sont à disposition.

Patrimoine   Religieux

 
 

Notre-Dame de Bonsecours

Edifice religieux du XVIIIe siècle que l'on doit à Emmanuel Héré, construit par Stanislas Leszczynski, avec l'installation de son mausolée. Dans la crypte reposent Stanislas et son épouse dont les tombeaux, ornent le chœur.

 
basilique_st_epvre.JPG

Basilique Saint-Epvre

La basilique saint-Epvre a été construite en 1864 par l'architecte Prosper Morey, dans un style néogothique, en remplacement de l'église de style gothique édifiée entre 1436 et 1451.

basilique_nd_lourdes.JPG

Basilique N-D-de-Lourdes

Fondée en 1908 par Charles-François Turinaz, évêque de Nancy-Toul, pour être le siège de la 14ème paroisse nancéienne, la basilique Notre Dame de Lourdes est située sur l'emplacement de l'ancienne chapelle des Frères de Saint-Charles, (conçue par l'architecte Jules Criqui, avec l'aide de l'abbé Léon Loevenbruck).