Nancy, autres Places

Nancy est célèbre dans le monde entier pour son ensemble architectural inscrit depuis 1983 au patrimoine mondial de l‘Humanité par l’UNESCO  :

la place Stanislas, la place de la Carrière et la place d’Alliance. Au-delà de ses incontournables, Nancy compte de nombreuses places rénovées, animées et très prisées des nancéiens et des touristes.

Sélection d'une place >> cliquez sur une vignette

 

place   Saint-Epvre

La place Saint-Epvre est la plus ancienne place de la Ville-Vieille. Elle a été aménagée sous le duc René II.

D'abord destinée à accueillir une halle aux poissons déplacée dans la Ville-Neuve à l'emplacement de l'actuel marché couvert, la place servit alors aux foires et aux marchés, puis ne devint plus qu'une place de second ordre, utilisée comme bazar par les fripiers​.

De nos jours, c'est un lieu très fréquenté des Nancéiens et des touristes.

info_2.png
google-maps-1797882_960_720 (1).png
 

place   Vaudémont

Lors de l'abattement des murailles sises de part-et-d'autre de la porte Héré, une nouvelle voie fut percée (Rue Gustave-Simon) et un nouvel espace public fut construit dès la fin du xixe siècle. 

En 1877, Prosper Morey fut chargé d'agrémenter cette place.

 

La fontaine inaugurée en 1881, est surmontée de la statue du célèbre graveur Jacques Callot.

info_2.png
google-maps-1797882_960_720 (1).png
 

place   Simone   Veil   (ex place Thiers)

google-maps-1797882_960_720 (1).png
 

place   Charles   III

La place Charles III, anciennement appelée place Henri-Mengin, et plus couramment place du Marché, est la place la plus importante de la Ville-Neuve de Nancy, dont la réalisation titanesque a duré 30 ans.

Créée à la fin du xvie siècle, cette place est conçue comme le centre urbain de la Ville-Neuve de Nancy, voulue par la volonté du duc Charles III. Elle est alors la place de l’Hôtel de Ville et déjà un pôle commerçant très dynamique.

 

En 1850, un grand marché alimentaire, le marché central, est construit entre la place et l’artère commerçante de la rue Saint-Dizier, sur le modèle des pavillons de Baltard. 

La place, rénovée en 2013, est repavée et mise en lumière par le scénographe Patrick Rimoux, et reprend alors le nom du duc Charles III. Elle abrite aujourd'hui le marché central de Nancy.

info_2.png
google-maps-1797882_960_720 (1).png
 

place de  l'  Arsenal

L’histoire de cette place, créée au XIV° siècle. est liée à celle du Prieuré Notre-Dame, créé par Thierry II, afin de donner une église au château primitif que constituait Nancy .

Au milieu du XIV° siècle, une nouvelle enceinte engloba le Prieuré, laissant devant l’église un large espace. En 1550, la régente Chrétienne de Danemark fit détruire les maisons et construire à leur emplacement un très riche arsenal, qui devint l’orgueil de la cour ducale.

Du prieuré, rasé à la Révolution, il ne reste que le portail (conservé au Musée Lorrain). De l’arsenal, il reste deux portes monumentales.

google-maps-1797882_960_720 (1).png
 

place   Carnot

La place Carnotancienne "place de grève", (160 mètres sur 125 mètres), porte le nom du président Sadi Carnot, né en 1837 à Limoges et assassiné en 1894 à Lyon. L'obélisque, situé entre la place et le cours Léopold, lui rend hommage.

 

Sur cette place se déroulent la Foire de Nancy en avril, diverses manifestations et les spectacles de cirque.

google-maps-1797882_960_720 (1).png
 

cours   Léopold

Le Cours Léopoldlongue esplanade de 630 mètres, porte le nom de Léopold Ier de Lorraine, père du dernier duc de Lorraine régnant et issu de la maison de Lorraine. Créé à la fin du XVIIIe siècle au-delà des remparts, le cours et la place Carnot forment l'une des plus vastes place de France avec 7,6 hectares.

 

La longue perspective des façades et des allées de marronniers aboutissent à la Porte Désilles. Bien qu'agrémenté de demeures du XVIIIe au XXIe siècles, le cours conserve son ordonnancement original avec un subtil mélange de styles architecturaux notamment l'école de Nancy ou historiciste avec le palais de l'université de Nancy.

C'est sur cette place que se déroulent la Foire de Nancy en avril, diverses manifestations et les spectacles de cirque.

google-maps-1797882_960_720 (1).png
 

place de la    Croix de   Bourgogne

Cette place agrémentée d'arbres, tire son nom de la croix monumentale placée en son centre qui relate la bataille de Nancy.

Située à l'emplacement de l'étang Saint-Jean, c'est à cet endroit que mourut Charles le Téméraire en 1477 lors de la bataille de Nancy.

Le Duc René II y fit ériger une croix en hommage à son adversaire décédé. La croix initiale, conservée au Musée lorrain de Nancy, a été remplacée en 1928 par un édicule à la riche décoration due à Victor Prouvé.

info_2.png
google-maps-1797882_960_720 (1).png
 

place   André   Maginot

Autrefois appelée Place Saint Jean, du nom de la porte disparue qui s'y trouvait, cette place située au cœur de Nancy, a été l'une des premières place à être personnalisée.

 

On y trouve le Temple Protestant et la statue de Paul Dubois, le Souvenir de La Lorraine pleurant sur l’épaule de l’Alsace. Cette oeuvre symbolise la douleur de la perte des régions alsaciennes et lorraines annexées par l'Allemagne après la guerre de 1870.

google-maps-1797882_960_720 (1).png
 

place   Lafayette

Cette petite place située dans le prolongement de la rue des Maréchaux est principalement occupée par la statue de Jeanne d'Arc, née à Domrémy en Lorraine le 6 janvier 1412.

 

Cette œuvre du sculpteur animalier Emmanuel Frémiet, réalisée en 1889 est perçu comme le symbole « de la reconquête », à l’issue de la guerre franco-allemande de 1870.

google-maps-1797882_960_720 (1).png
 

place de la    République

La place de la République a été inaugurée en 2000 par Madame Bernadette Chirac.

Cette place arborée, située à côté de la gare saint-Jean, est principalement dédiée à l’interconnexion des transports SNCF, transports en communs et taxis.

 

Elle est en continuité avec l'esplanade du Centre des Congrès Jean Prouvé.

google-maps-1797882_960_720 (1).png
 

place des   Justes

Pendant de nombreuses années, les cérémonies d'hommages aux "Justes" de France se déroulaient sur une place située entre la prison Charles III et la Maison Hospitalière Saint Charles. Le lieu était effectivement chargé d'histoire par rapport aux déportations qui s'y sont déroulées, et avait même été baptisé "place des Justes", le 20 septembre 2002, en présence de Simone Veil. Ce jour là, il s'agissait de commémorer la mémoire de 7 policiers nancéiens qui, en juillet 1942, avaient "désobéi" en avertissant 350 juifs d'une rafle à venir...leur sauvant ainsi la vie.

Une nouvelle places des Justes est en cours de réalisation, devant le lycée Cyfflé, dans le cadre du projet d'urbanisme Nancy Grand Coeue.