Nancy, il était une fois ...

Construits au début du XXème siècle, les anciens abattoirs de Nancy, l’un des plus grands marchés à bestiaux du Grand Est, aujourd'hui reconvertis en Technopole Renaissance et Octroi, par leur architecture moderne, restent les témoins de la révolution industrielle de cette époque. 

Il etait

une fois

les anciens

abattoirs

Nancy, les anciens abattoirs

vue générale des abattoirs

Nancy, les anciens abattoirs

Nancy, les anciens abattoirs

entrée principale

Nancy, les anciens abattoirs

entrée principale

Nancy, les anciens abattoirs

pavillon de l'administration

Nancy, les anciens abattoirs

pavillon de l'octroi

Nancy, les anciens abattoirs

la halle principale

Nancy, les anciens abattoirs

la halle principale

Nancy, les anciens abattoirs

la halle principale

Nancy, les anciens abattoirs

le marché aux moutons

Nancy, les anciens abattoirs

le marché aux moutons

Nancy, les anciens abattoirs

Nancy, les anciens abattoirs

Nancy, les anciens abattoirs

Nancy, les anciens abattoirs

la halle principale avant rénovation

Nancy, les anciens abattoirs

la halle principale rénovée

Nancy, les anciens abattoirs

la halle principale rénovée

Nancy, les anciens abattoirs

la halle aux veaux avant rénovation

Nancy, les anciens abattoirs

la halle aux veaux avant rénovation

Nancy, les anciens abattoirs

pavillon de l'Octroi

Jusqu’en 1842, les abattoirs de Nancy étaient implantés intra-muros. Le premier était situé rue du duc Raoul (ancienne rue de la Boucherie). La Ville-Neuve disposait également de son propre établissement rue Raugraff de 1605 à 1842. Réclamés par de nombreux habitants, la municipalité décida leurs transferts hors des murs de la ville, dans le faubourg Sainte-Catherine. Mais il faudra attendre plusieurs années avant de voir l’édifice sortir de terre.

Dans la seconde moitié du XIXème siècle, le quartier Meurthe-Canal connait un fort essor industriel accéléré par la construction du canal de la Marne au Rhin (1853) et du chemin de fer de ceinture (1878).

_1909-12_ les abattoirs sont édifiés selon les plans de l'architecte Albert Jasson, Bd d'Austrasie. Modernes pour l'époque, ils rassemblent leur propre marché aux bestiaux, des locaux sanitaires, des étables et des pièces frigorifiques. Les nouveaux abattoirs et marchés aux bestiaux occupaient une surface de 60.000m².

L'entrée principale, flanquée de deux pavillons symétriques, affectés à l'Octroi et à la Direction, desservait à droite les bâtiments dédiés à l'abattage et à gauche le marché à bestiaux. La halle principale de 2.400 m² était réservée au marché du gros bétail. La halle au veaux était similaire à la halle principale, mais de dimensions plus réduites (860 m²). Dans son prolongement, le marché aux moutons était le seul d'architecture ouverte.

Les progrès techniques de la seconde moitié du XIXème siècle, ont permis de construire des bâtiments à la structure métallique d'une grande modernité, où les rangées de colonnes en fonte et les grands pignons vitrés, ont créés d'importants volumes. Ces équipements, prévus pour répondre aux besoins d'une population de 150.000 habitants, étaient fréquentés par environ 100 bouchers, 80 charcutiers, 19 bouchers chevalins et 20 équipes de tueurs et tripiers.

_années 1960_ d'importantes modifications nécessaires pour adapter le site au transport par poids lourds, positionnèrent le site comme l’un des plus importants marchés aux bestiaux du grand Est. C’est après la Seconde Guerre Mondiale que le déclin s'amorce, et sera surtout ressenti durant les années  1960 et 1970.

_1996_ l'activité des abattoirs nancéiens est transférée dans la ZAC d'Epinal-Mirecourt.

_2004_ le site est en toujours en cours de reconversion pour accueillir la future Pépinière Culturelle et Créative : l'Octroi. En 2013, a été Inauguré le Technopole Renaissance. La requalification de la grande halle a été gérée par l’architecte Nadine Stelmaszyk.

sources : magazine CAN 9, Itinéraire d'architecte.